Onglets

Dernières chroniques

DERNIÈRES CHRONIQUES ROMANS

Dernières chroniques mangas / BD

DERNIÈRES CHRONIQUES MANGAS / BD

Dernières chroniques enfants

DERNIÈRES CHRONIQUES ENFANTS

CONCOURS EN COURS

10 juil. 2014

Toute nue.

Lilly Lindner
Toute nue
L'Archipel - 2014
336 pages
19€95


À 6 ans, Lilly est abusée par un voisin que sa mère trouve très gentil... Elle se tait, mais devient une adolescente meurtrie, qui souffre d'anorexie et s'inflige des scarifications.
À 17 ans, elle va de nouveau connaître l'horreur - un épisode dont elle refusera de parler. Pour tenter de vaincre son dégoût du sexe et des hommes, elle décide alors de se prostituer dans une maison close berlinoise.
Puis elle se lance dans l'écriture, afin de soulager sa souffrance. Grâce à ce récit, elle parvient enfin à raconter l'indicible, dont cet épisode qu'elle avait toujours gardé secret...



Mon avis :

Lilly s'est faite violer à l'âge de 6 ans, plusieurs fois, par son voisin, un homme que sa mère trouvait charmant. 
À 17 ans, c'est un autre drame qui survient dans sa vie et qui la détruit encore un peu plus... Lilly était déjà trop détruite depuis longtemps mais l'espoir de guérir n'avait désormais plus lieu d'être.
À 21 ans, elle se prostitue dans un bordel, voulant prendre sa revanche sur les hommes : en usant de leur faiblesse - le sexe -, elle va les faire payer, au sens propre du terme. Elle essaie de se reconstruire, maladroitement, d'apprivoiser son corps devenu étranger à l'âge de 6 ans.
Le sexe sans plaisir et l'anorexie nourrissent son quotidien. Elle ne veut plus manger. Ana, une part d'elle-même, refuse toute nourriture puisque c'est comme ça que son premier violeur achetait son silence - avec une barre chocolatée. Elle veut être aussi fine que possible, toujours plus, pour disparaître, pour qu'on l'oubli enfin.
Partager entre l'envie de mourir et l'envie de vivre, Lilly essaie de guérir en menant en combat contre elle-même et les événements passés...

Le témoignage de Lilly est très poignant. Elle ne mâche pas ses mots et je lui ai trouvé beaucoup de courage pour dire tout ce qu'elle avait à dire sur sa situation : les abus, l'anorexie, la boulimie (même si c'est plus l'anorexie qui est mise en avant), la prostitution ; ses combats quotidiens. À première vue, on pourrait ne pas la comprendre : pourquoi "choisir" de se prostituer lorsque l'on a été abusée ? Mais je l'ai trouvé tellement claire dans ses choix, dans ses explications, que beaucoup de choses semblent logiques au fur et à mesure de la lecture. Sa maladie est née par la même raison que la prostitution, le besoin de contrôler et de retrouver ce qu'elle a perdu, en quelque sorte.

Je me suis retrouvée dans certaines de ses explications (qui n'en sont pas vraiment car elle ne se justifie pas, elle ne fait qu'étaler ce qu'elle ressent et vit), c'est peut-être pourquoi j'ai réussi à la comprendre et tout le monde n'aura donc pas forcément le même ressenti après cette lecture mais on sent que chaque mot est pesé même si elle écrit quasiment sans pudeur. On ressent son mal-être, ses difficultés, sa prison qu'est la vie.


Je suis toujours là. Un véritable exploit, alors que je me suis vue mourir à six ans, puis à neuf, onze et douze ans. Et surtout à quinze ans, et encore plus à seize. Pareil à dix-sept ans. Et aux âges que je n'ai pas pris la peine de mentionner, évidemment.


Malgré toute cette noirceur, on retrouve tout de même un peu d'espoir et d'optimisme, à de nombreuses reprises. Courts certes, mais à travers ces lignes de douleurs, on les ressent quand même, nous donnant toujours un peu plus envie d'aider cette fillette (là, il faut l'avoir lu pour comprendre pourquoi j'emploie ce mot...). Lilly rêve de s'en sortir, c'est son plus profond désir mais en même temps sa plus grande crainte...

C'est un témoignage qui peut autant faire réfléchir qu'horripiler. À ne pas lire si on est déjà réticent à la base, si c'est juste par curiosité, juste pour découvrir un "quelconque" témoignage. En tout cas, son courage est admirable, sa volonté inconsciente de vivre malgré les épreuves est exemplaire, surtout lorsqu'on découvre la fin... On ne peut s'empêcher de se demander quel âge, quel bouleversement dans sa vie, a été le plus difficile pour elle : le départ de cette misérable vie à 6 ans ou la continuité des horreurs à 17 ans ? C'est une vie qu'on croirait presque inventée tant elle est dure (et encore, le mot est faible), et des témoignages comme le sien, aussi sincère, franc et ouvert, il en faudrait plus pour faire comprendre certaines choses (la monstruosité de l'espèce humaine par exemple ou encore le traumatisme qui en découle), même si c'est difficile d'ouvrir les yeux.


- [...] En tout cas, je vais te dire une chose : la beauté, c'est s'accepter tel qu'on est et arrêter de viser toujours plus haut.



http://www.babelio.com/



2 commentaires:

  1. Alors là c'est trop pour moi. Je ne suis pas du tout attirée par ce livre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair que le sujet ne peut pas attiré tout le monde... Mais il n'est pas forcément très dur à lire à part quelques passages. Pour le reste, j'ai déjà vu pire.

      Supprimer

Votre avis ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...