Onglets

Dernières chroniques

DERNIÈRES CHRONIQUES ROMANS

Dernières chroniques mangas / BD

DERNIÈRES CHRONIQUES MANGAS / BD

Dernières chroniques enfants

DERNIÈRES CHRONIQUES ENFANTS

19 nov. 2017

Laissée pour morte... Moi, 14 ans








Laissée pour morte...
Moi, 14 ans
Kelly Maitrepierre
Sotie le 4 mars 2013
104 pages












Je suis une jeune femme de vingt-cinq ans, épanouie, souriante, mère de deux enfants, qui me présente devant vous. Je tente de tourner la page sur l'agression terrible dont j'ai été la victime il y a maintenant onze ans.
J'ai écrit ce livre dans lequel je vous raconte mon histoire.
Ces événements qui ont bouleversé ma vie font aujourd’hui partie de moi, et c'est pourquoi j'ai besoin à présent de les relater pour que l'on puisse se rendre compte de l'horreur que m'ont fait vivre les personnes que je considérais comme mes meilleures amies.
Afin de respecter l'anonymat des personnes, les prénoms ont été modifiés.
Bien que mineures, les condamnées ont été jugées extrêmement dangereuses et incarcérées en Centrale pénitentiaire pour adultes, fait inédit à l'époque en France.







Je viens de terminer ce livre... Je savais en le commençant que c'était une histoire vraie, car je vis près de là où ça a eu lieu et je dois dire qu'à l'époque des faits, on pouvait entendre beaucoup de choses. Mais bien entendu, même si des choses étaient vraies, le reste ne l'était pas... Donc maintenant que je l'ai lu, je me rends compte que cela pourrait arriver à n'importe qui, personne n'est à l’abri d'une telle chose. Mais ce qui m'a vraiment plu dans ce livre, c'est le fait que l'auteur du livre ne s'arrête pas seulement à ce qui lui est arrivé mais elle nous parle aussi de l'après et de comment tout a commencé, et on se rend compte que même si elle nous relate ce qui lui est arrivé, elle nous conseille aussi. Et c'est ce qui m'a le plus plus dans cette lecture. 

Ce livre est tiré d'une histoire vraie, tout ce qui s'y passe est bien arrivé. Une ado comme les autres qui a vécu l'enfer de la main de personnes qui se disaient être ses amies. Mais en plus, on découvre le commencement de toute cette histoire et l'après. Un livre qui est petit mais plus que complet. 

Je ne vous fait pas une chronique comme d’habitude car ce livre set très loin de ce que je lis habituellement et je ne sais pas trop comme vous le présenter. Alors je préfère faire simple et vous laissez le découvrir par vous-même. 

Tout ce que je peux vous dire c'est que l'auteur a vraiment fait du très bon travail, car sans mentir on ressent assez bien ce qu'elle a voulu nous faire comprendre. Certes on est très loin de vivre ce qu'elle a vécu mais on peut très bien l'imaginer via son texte. 

En conclusion, un livre qui nous fait revenir dans le passé, et qui nous fait découvrir l'enfer qu'à vécu une jeune fille. Un livre qui, je trouve, vaut la peine de prendre un peu de temps et qu'on le lise.









BOYS DON'T CRY

BOYS DON'T CRY

MALORIE BLACKMAN
BOYS DON'T CRY
Milan, 19 octobre 2011
320 pages, 13€90



Dante attend les résultats de ses examens. Le courrier qui lui ouvrira les portes de l'université. De sa future vie.
Celle dont il a toujours rêvé.
Mais quand on sonne enfin à la porte, ce n'est pas le facteur, c'est Mélanie. Son ex-copine, dont il n'a plus entendu parler depuis des mois. Avec un bébé. Le sien.
Le leur.
Être père à 17 ans ? Il y a de quoi pleurer.
Mais les garçons ne pleurent jamais...




Me voilà bien embêtée... Je m'explique : j'ai découvert ce livre vraiment par hasard et j'ai adoré la couverture et le résumé mais je n'ai pas accroché à la lecture du livre. Sauf que je voulais savoir ce qu'il se passait donc j'ai insisté et du coup je n'aime pas à peu près la moitié du livre et j'adore l'autre moitié qui a une fin touchante.

Au début, j'ai trouvé la construction du livre étonnante. Un chapitre sur deux est sur Dante, 17 ans, en attente des résultats de ses examens donc en plein stress. Les autres chapitres sont sur Adam, frère de Dante, 15 ans, qui profite de ses vacances. Ces chapitres deviennent de plus en plus courts et sans réels rapports avec l'histoire. J'ai même pensé que c’était pour amener une suite sur Adam et que le peu qu'on y lisait avait une importance pour la suite. Oui les chapitres sur Adam sont au final important car il a un mal être en lui que sa propre famille ne perçoit pas de suite mais cela a un lien direct avec la vie de Dante qu'on va découvrir à la fin.
Ce roman mélange donc l'histoire d'Adam et de Dante.
Dante qui, au lieu de recevoir la lettre de ses résultats, se retrouve face à Mélanie, avec qui il a eu une courte relation avant qu'elle disparaisse, qui lui laisse un bébé, Emma, qui est soit disant sa fille, avant de disparaître à nouveau pour un temps indéfini. Là c'est la peur panique et le déni qui l'emportent. C'est juste pas possible, il ne peut pas être père. Dante refuse catégoriquement mais au retour de son père, Tyler, il est bien obligé d'expliquer d'où sort ce bébé. Adam saute de joie, il est tonton et très heureux, et Tyler le met devant le fait accompli : Emma est là et il faut assurer, pas le choix.
De son coté, Dante doute des dires de Mélanie et fait des recherches pour savoir comment faire un test de paternité, envisage même l'adoption, voir l'abandon de sa fille pour pouvoir continuer son avenir qu'il a déjà tout tracé. Mais au fur et à mesure d’être devant des choix concernant Emma, il se prend d'affection pour elle. À partir de là, il décide qu'il est bien son père, peu importe ce qu'en disent les résultats du test de paternité. Cette décision remet tout son avenir en cause mais il est plus ou moins soutenu par sa famille même s'ils ne sont pas proches.
Par contre, certains événements vont lui démontrer qu'il est un jeune adulte avec des responsabilités et non plus un futur étudiant insouciant en fac. Le parcours est long et compliqué pour qu'il en prenne conscience mais il n'est pas sans conséquences pour toute cette famille vivant ensemble mais dissolue.

Comme je le disais au début, le titre, la couverture et le résumé m'ont de suite attirée mais y a vraiment fallu que j'insiste pour le lire jusqu'à la fin. Ce livre ne me laissera pas un grand souvenir mais je le conseillerais quand même pour trois raisons distinctes : pour la fin de l'histoire où il y a une morale qui pourrait passer inaperçue, pour le fait que ce soit une version masculine : l'histoire d'un jeune homme qui se retrouve père célibataire à l'aube de ses 18 ans et pour la syntaxe de l'auteure, qui est très bien et qui fait que malgré que je n'ai pas vraiment accroché à l'histoire c'est quand même facile à lire et c'est un plaisir.






La meute du Phénix, tome 5 / tome 6 : Ryan Conner / Tao Lukas







La meute du Phénix, Tome 5 :
Ryan Conner
Suzanne Wright
Sortie le 18 novembre 2016
475 pages












La meute du Phénix, tome 6 :
Tao Lukas
Suzanne Wright
Sortie le 20 octobre 2017
467 pages









La meute du Phénix, Tome 5 : Ryan Conner
La plupart des loups solitaires sont dangereux. Mais Ryan Conner doit réviser son opinion lorsqu’il rencontre Makenna Wray, qui consacre sa vie à aider des solitaires en détresse – et qu’elle lui amène un jeune cousin recueilli dans son refuge. Sensuelle et pleine d’humour, Makenna semble prendre plaisir à l’irriter, surtout lorsqu’elle refuse de parler de son passé. Ryan est persuadé qu’elle est son âme sœur – et il est bien décidé à s’unir à elle, même s’il doit pour cela faire preuve de patience. Mais lorsqu’un alpha sinistre commence à tourner autour de la jeune femme, Ryan est prêt à sortir ses griffes...


La meute du Phénix, Tome 6 : Tao Lukas
Des cendres de la meute renaîtra l’amour.

La métamorphe corbeau Riley Porter a tu son passé lorsqu’elle a été accueillie par la meute du Phénix. Acceptée en dépit de ses secrets, la culpabilité la ronge à présent. Seul Tao Lukas, premier lieutenant de la meute, se méfie encore de l’énigmatique jeune femme... jusqu’à ce que sa suspicion se mue peu à peu en fascination et en une attirance irrésistible. Mais lorsque le passé de Riley refait surface et menace non seulement sa vie mais la meute toute entière, Tao devra déployer tous ses moyens pour la persuader de rester parmi eux – et de devenir sa compagne.





Et voilà deux livres que je viens de terminer à très grande vitesse tellement j'ai été prise dans leur lecture. J'ai eu beaucoup de plaisir dans ces livres et en plus j'ai été très contente de retrouver certains personnages que j'avais rencontrés dans les tomes précédents. Ces livres sont vraiment bien car chaque tome est sur un personnage différent, ce qui fait qu'on a le choix de les lire dans l'ordre ou non, puisqu'ils peuvent se lire indépendamment.

Deux histoires qui se passent dans la meute du Phénix,  mais à des moments différents ; des personnages hauts en couleur qui ont des caractères bien à eux, qui savent ce qu'ils veulent et qui font tout pour l'obtenir.

Les personnages sont vraiment très bien trouvés, que ce soit les protagonistes féminins ou masculins, je les ai tous adoré. Les filles ont des caractères bien trempés qui font qu'elles ne se laissent pas trop marcher sur les pieds, ce qui souvent amène les garçons  à faire et dire des choses qu'en temps normal ils n'auraient jamais fait.

L'intrigue pour ces deux livres est à la fois similaire et différente car pour les deux, vous l'aurez deviné, les personnages recherchent sans le savoir leur âme sœur. Mais on retrouve pour chaque livre une histoire différente car ils ont tous un passé bien à eux qui les conduit dans une aventure différente.

L'auteur a, je trouve, une très bonne écriture, ses romans sont fluides, additifs et en plus, il y a toujours quelque chose de nouveau quant aux personnages. En plus, même si certains tapent quelque fois sur les nerfs, ils restent néanmoins des personnages que l'on adore.

En conclusion, faites-vous plaisir avec ces deux livres qui sont vraiment très bien, je pense vraiment que beaucoup devraient apprécier ces lectures. Alors bonne lecture à tous. 






TU ME L'AVAIS PROMIS... L'AMOUR EST ÉTERNEL

TU ME L'AVAIS PROMIS... L'AMOUR EST ÉTERNEL

CÉLINE MUSMEAUX
TU ME L'AVAIS PROMIS... L'AMOUR EST ÉTERNEL
Nymphalis, 15 novembre 2017
363 pages, 15.99€
SP



« Quand la mort nous poursuit, l'amour est tout ce qu'il nous reste... » 
Le monde de Sarah s’effondre. Sa mère avec qui elle vit seule vient d’être hospitalisée. Le diagnostic est là, c’est un cancer foudroyant. Il ne lui reste plus que quelques mois, voire moins à vivre. Le choc est dur à encaisser pour la jeune femme qui sort à peine de l’adolescence.
Mais alors qu’elle pleure dans la salle d’attente, un garçon s’assied près d’elle pour la consoler. Il s’appelle Raphaël et il semble être un habitué des lieux. Aussi, il trouve les mots justes pour diminuer la peur et la peine qu’elle ressent après cette terrible annonce. En quelques instants, un lien fort s’installe entre eux. Les sourires timides du jeune homme font rougir Sarah. Ce n’est pourtant pas le moment de tomber amoureuse.
Cependant, les jours passent et le hasard fait qu’ils se croisent encore. Il n’en faut pas plus à Sarah pour obtenir du réconfort auprès de lui. Seulement, il se peut que Raphaël lui ait menti sur ses raisons d’être présent dans cet hôpital.
Comment acceptera-t-elle la vérité ?



Encore un magnifique livre de Céline Musmeaux qui m'a encore beaucoup fait pleurer ! Effectivement, dans ce roman elle aborde le thème de la mort. Mort d'être cher à différents degrés. Mais en parallèle il y a une magnifique histoire d'amour pleine de promesses et d avenir sauf qu'une ombre plane dessus...

Pas évident pour Sarah, 18 ans, étudiante en fac d'histoire de l'art, de rencontrer un archange dans les couloirs du service oncologie où sa mère est hospitalisée. Cette rencontre va lui permettre de mieux vivre le cancer foudroyant de sa mère qui l'emporte en quelques semaines.
Sarah laisse le destin décider quand elle rencontrera à nouveau cet ange, Raphaël, 20 ans, étudiant à la fac en littérature. Il lui apprend que l'amour est éternel, où que soit sa mère, elle vivra toujours dans son cœur. Surtout que Sarah partage une relation fusionnelle avec sa mère qui l'élève seule depuis sa naissance. Sarah se raccroche aux conseils de Raphaël qui côtoie et connaît la mort depuis de nombreuses années.
Elle se livre à des confidences à sa mère car pour Sarah, sa rencontre avec Raphaël est un véritable coup d’âme. En retour, sa mère, très croyante, lui conseille de se protéger de lui, mais de laisser faire le destin et de voir où cela la mènera.
C'est sur ces conseils que Sarah se laisse porter par le destin et vit pleinement cette première relation amoureuse, ce coup de foudre, ce coup d'âme. Tout va très vite dans cette relation mais au fur et à mesure que celle-ci avance, Sarah apprend certaines vérités sur Raphaël, qui font que pour rien au monde elle le laissera tomber. Leur relation est voilée par une ombre mais leur amour sera-t-il le plus fort ? Leur combat sera-t-il une réussite et que leur promet l'avenir ? Sarah et Raphaël vont devoir se battre contre ce destin qui s'acharne, contre la famille de Raphaël qui a baissé les bras. Ils vont devoir se battre contre tout et tous, mais gagneront-ils ?

C'est un coup de cœur pour moi, ces deux protagonistes sont attachants, et ils ont un courage à toute épreuve et pourtant il leur faut puiser dans leurs ressources pour réussir.
Céline a su aborder un thème très difficile à mon goût avec beaucoup de délicatesse, comme toujours. Elle a su mélanger la mort et l'amour à part égale. J'ai encore pleuré en lisant cette romance mais, ce serait être insensible que de ne pas le faire malgré une fin magnifique et pleine d’espoir !





À la dérive.

Nadine Poirier
À la dérive
Éditions de Mortagne (Tabou) - 2017
298 pages
Papier : 16$95 ; Ebook : 12$99 (Prix sur le site de l'éditeur)




Maltraités et négligés par une mère alcoolique et toxicomane, Nolan et sa sœur, encore tout jeunes, sont pris en charge par la DPJ. Commence alors un long périple de famille d’accueil en famille d’accueil, au rythme des mauvais coups que fait Nolan pour en être expulsé.

À seize ans, après avoir passé la moitié de son existence dans le « système », Nolan est toujours convaincu qu’il réussira à retourner auprès de sa mère. Même si celle-ci ne lui témoigne plus aucun intérêt, il ne peut envisager sa vie sans elle et n’offre son attachement à personne d’autre. Jamais une nouvelle mère ne pourra être plus aimante que celle qu’il s’est fabriquée dans son imaginaire.

Son agressivité grandissante et ses séjours fréquents au centre jeunesse lui confèrent un statut de délinquant, de rebelle. Qui donc voudrait d’un adolescent pareil sous son toit ? Une famille, pourtant, semble finalement croire en lui... Et il y a Laurie. Si forte et courageuse. Se pourrait-il que cette rencontre parvienne à tout changer ?


J'aime beaucoup cette collection parce que, comme son nom l'indique (Tabou), elle aborde des sujets dont on parle peu voire pas du tout pour les ados. Ici, il s'agit de la maltraitance sur mineurs et des placements dans des foyers mais, plus que tout, il s'agit du ressenti d'un jeune homme... Un roman fort, émouvant et percutant.

Nolan et sa sœur sont régulièrement placés en famille d'accueil pour cause de maltraitance de leur mère. Régulièrement parce que Nolan fait tout pour ne pas qu'ils y restent. Leur mère a besoin de lui, bientôt elle n'aura plus besoin de "médicaments" et ils pourront avoir une belle maison où ils seront heureux tous les trois... mais pour cela, il faut que Nolan reste près d'elle, prenne soin d'elle. Il refuse de croire sa sœur qui insiste pour le convaincre que leur mère ne veut plus d'eux, il y croit, personne ne pourra la remplacer...
À ses 16 ans, il est placé sans sa sœur chez les Gravel, son travailleur social pense que ça pourra lui faire le plus grand bien et puis... ce n'est jamais elle qui a voulu quitter toutes ces familles, elle se plait là où elle est. D'abord en colère, comme d'habitude, avec en tête déjà une tonne de choses qu'il pourrait faire pour ne pas rester dans cette nouvelle et énième famille, il est complètement dérouté par les agissements de celle-ci. Rien n'est tel qu'il l'avait vécu jusqu'ici, ils sont tellement différents de tout ce qu'il a connu... Et puis, Laurie, une voisine qui lui ressemble sur bien des aspects, est plutôt sympa et jolie... Et si c'était finalement le début de quelque chose ?

Dans ce livre, on passe par tous un tas d'émotions. La colère, la haine, l'étonnement, la compassion... On ne fait que ça ! Les sentiments sont tellement bien instaurés chronologiquement. Nolan est d'abord totalement dans le déni du comportement de sa mère, pour lui elle n'a rien fait de mal et c'est sûr, elle les aime ! D'un point de vue de parent, on peut tout à fait le comprendre et on trouve ça forcément désolant (et encore, le mot est faible). J'ai eu peur, un bref instant, que Nolan se comporte mal et se plaigne sans cesse tout au long du roman. Mais, finalement, je ne me suis pas posée la question longtemps parce que son histoire prend aux tripes et j'ai fini par me dire peu importe, il en a bien le droit ! C'est terrible ce qu'il vit. Son déni est terrible parce qu'il n'ouvre pas du tout les yeux sur le véritable visage de cette mère qui n'en a que le titre mais pas du tout le comportement. On espère qu'il ouvrira les yeux, qu'il réagira, qu'il se prendra en mains... Nolan passe par tout un panel d'émotions, à cause de sa colère, de son déni, puis de sa prise de conscience et de toutes les nouveautés qui lui sont offertes... On passe par toutes ces émotions avec lui, c'est énorme !
On comprend, en tant qu'adulte, tout ce par quoi Nolan passe et, en tant que mère, c'est très souvent difficile à lire parce qu'on sait tout de ce qu'il ressent... Sur la fin, les émotions sont encore plus fortes parce qu'on a appris à connaître Nolan et que l'on n'a aucun mal à s'imaginer tout ce qu'il peut ressentir... En tant qu'ado, je ne doute pas du tout qu'on puisse éprouver de la compassion pour lui (ou s'y retrouver...) parce qu'il est tellement bien décrit, les sentiments sont tellement puissants qu'on ne reste pas indifférent à cette histoire.

Nolan est un personnage auquel on s'attache très rapidement malgré son comportement violent, justement parce qu'on le comprend... Les flash-back nous aide à nous mettre dans sa peau et dans sa tête. J'ai beaucoup moins parlé de sa sœur parce qu'elle a accepté l'évidence : leur mère est incapable de s'occuper d'eux. Malgré tout, c'est un personnage important, un pilier pour Nolan même s'il pense que c'est l'inverse. Elle a moins subi que son frère mais elle a vécu malgré tout cette enfance désastreuse et on s'attache également à elle mais pas de la même façon je dirais, pas avec la même intensité. Quoi qu'il en soit, on a le jour et la nuit entre ses deux frère et sœur, deux façons de voir comment ce genre de situation peut être abordé.

Une lecture assez difficile par moments, surtout pendant les flash-back et les ressentis de Nolan (la confusion et la colère), mais qui en vaut la peine car le dénouement est magnifique et parce que ce genre de situation arrive bien trop souvent... Un vrai page turner qui nous fait ressentir tout ce que ressentent les personnages, et en particulier Nolan.














In My Mailbox [233]

(Bannière créée par Frogzine)

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.
Il a été repris par Lilie en France. Puis par Lire ou mourir, où sont maintenant regroupés tous les participants.
























15 nov. 2017

Et puis, le silence.

Yves Magne
Et puis, le silence
JC Lattès - 2017
220 pages
18€


Quelque part en Europe, cinq humanitaires se trouvent au cœur d'une guerre civile. Pour échapper à la menace d’un sniper, ils se réfugient dans une grange isolée. L’un des leurs, blessé grièvement, git à l’extérieur. Ses appels au secours rythment la terrible attente, suscitant angoisse et culpabilité chez ses compagnons...
Oseront-ils lui porter secours et risquer leur vie ? Jusqu’où seront prêts à aller ces hommes et ces femmes qui ont fait le choix de s’engager pour les autres ? Le devoir d’humanité peut-il l’emporter face à la violence aveugle ?
Dans un huis clos oppressant, chaque personnage se confronte à ses faiblesses et interroge ses contradictions. L’espace d’une journée et d’une nuit, les masques vont tomber.

Je suis assez déçue par ce roman. J'adore les huis-clos pour leur atmosphère mais ici je n'ai ressenti aucune angoisse, aucune menace réelle même si elle est bien là et la fin m'a paru tout à fait normale, sans grande surprise...

Cinq humanitaires sont pris malgré eux dans une guerre civile. Un sniper ayant touché l'un des leur, ils se réfugient dans une grange, pour attendre qu'on vienne les cherche ou que ça finisse. Patrick, celui qui a été touché, se vide de son sang de l'autre côté des murs, appelant à l'aide. Personne n'ose sortir, de peur d'être dans la ligne de mire du sniper. Rongés par la culpabilité, apeurés par la guerre et le manque d'informations sur ce qu'il se passe dehors, chacun essaie de gérer la situation...

L'avantage des huis-clos, c'est que le côté psychologique prend pleinement le dessus et l'angoisse est donc censée être grandissante. Je n'ai pas du tout ressenti ça dans ce roman, et je pense que c'est en grande partie à cause des flash-back qui nous sortent complètement de la situation présente à chaque fois. Il y en a pour tous les personnages présents dans la grange, ils sont alternés avec les chapitres qui concernent le présent, donc à chaque fois que l'on retourne dans la grange avec eux, on en ressort presque aussi vite pour en découvrir plus sur eux. Je les ai trouvés très important pour les connaître davantage, pour bien les situer, car ils nous montrent quel genre de personnes ils sont vraiment mais, pour ma part, ça a cassé le rythme du huis-clos et de la tension qui devrait y être rattachée.
De plus, il n'y a pas vraiment de rebondissements ou alors rien de bien marquant, pas de réelles surprises à la fin... C'est bien amené et ça se lit d'une traite mais il m'a vraiment manqué de la tension, du suspense et de bons rebondissements pour que j'y trouve mon compte.

Finalement, ce qui m'a le plus intéressée, c'était les flash-back, ces petits moments de vie des protagonistes. J'ai adoré les découvrir plus en détails, constater à quel point ils sont fidèles à eux-mêmes dans la grange, face à la peur...
Yves-Marie est un individu égocentrique et mesquin. Dans tout ce qu'il entreprend, c'est toujours dans son propre intérêt. Un comble pour un médecin... Il est révoltant, du début à la fin, autant dans les flash-back le concernant que dans la grange. J'ai apprécié que ce personnage soit présent, ça a permis quelques débats avec les autres personnages qui sont tous bien différents de lui...
Romane m'a beaucoup touchée... C'est quelqu'un qui a le cœur sur la main, qui donne sans compter et, elle le sait, peu ferait tout ce qu'elle fait pour les autres.
Drago, Cristina, Matteo... on en sait davantage sur chacun d'eux, tous ceux qui sont présents dans la grange, mais ceux-ci ne sortent pas spécialement du lot.

En conclusion, je suis assez déçue de ce thriller. J'en ai vu des bons avis, de très bons même, mais je n'ai pas du tout retrouvé ce que j'aime dans les huis-clos, à savoir la tension et l'influence que ça a sur les personnages. Finalement, j'ai trouvé l'intrigue assez banale pour un sujet aussi fort...












Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...