Onglets

Dernières chroniques

DERNIÈRES CHRONIQUES ROMANS

Dernières chroniques mangas / BD

DERNIÈRES CHRONIQUES MANGAS / BD

Dernières chroniques enfants

DERNIÈRES CHRONIQUES ENFANTS

10 mars 2013

Dans le camp des assassins.

Marie-Claude Bérot
Dans le camp des assassins
Flammarion (Tribal) - 2013
128 pages
9€


La vie de Clémence s'effondre quand elle apprend que son père est un meurtrier. Enfermée dans sa tristesse, elle partage ce lourd secret avec sa grand-mère. Comment accepter d'être la fille d'un père assassin ? En apprenant à aimer, tout simplement.


Mon avis :

Lorsque Clémence apprend que son père est un assassin, son petit monde bascule. Elle vit avec sa grand-mère et c'est cette dernière qui lui apprend cette mauvaise nouvelle. D'abord, Clémence n'y croit pas ; son père n'a pas pu faire ça. Mais plus sa grand-mère lui raconte les faits, plus la vérité prend place dans sa tête et c'est son cœur qui éclate en mille morceaux. Elle éprouve beaucoup de rancœur, de peur, de honte, d'incompréhension... Et elle doit garder ce secret pour elles-seules parce que ce n'est pas quelque chose que l'on peut crier sur les toits... Ce secret pèse sur les épaules d'une si jeune fille et Clémence tente tant bien que mal de se retrouver au milieu de cette révélation...

C'est un court roman qui se lit très rapidement mais qui ne laisse pas indifférent. Le sujet est en effet très fort, très sensible et, même si je n'ai pas su y être captivée à cause de certains points, je ne doute pas que cette lecture laissera une trace à des lecteurs plus jeunes (à partir de 12 ans).
Les émotions sont très présentes et les réactions de Clémence sont réalistes, ce qui la rend d'autant plus touchante. À l'annonce de cette nouvelle, elle passe d'abord par le déni - impossible que son père ait pu faire ça ! - puis par l'évidence même, sans pour autant pouvoir l'accepter. Alors elle tente de poursuivre sa vie avec ce lourd secret qui prend beaucoup de place dans sa tête et de son cœur... C'est là que les émotions sont fortes, sa façon de réagir est totalement compréhensive même si j'ai trouvé qu'elle abusait par moments... Je n'aimais pas la façon dont elle parlait à sa grand-mère par moments, ou à sa mère. Et puis, il y a un retournement de situation à la fin qui nous laisse sans voix... Mais Clémence manque de réaction suite à ça, à mon goût.

Toutefois, Clémence et sa grand-mère forment un excellent duo ! Je n'ai, certes, pas aimé le ton que Clémence employait parfois avec elle, mais ce sont deux personnes très soudées et elles sont tout l'une pour l'autre. Elles ont un grand lien qui rend les choses bien plus émouvantes. Et puis, le ton qu'emploie de temps en temps Clémence peut aussi être dû à son âge et aux évènements qui sont loin d'être banals et faciles à vivre !

Enfin, le style de l'auteur est tout à fait abordable aux jeunes lectures : l'écriture est fluide, elle va droit au but, rend les émotions fortes et ses personnages touchants malgré leurs défauts. L'amour est la clé de cette histoire mais pas vraiment de la façon dont on pourrait croire... Je ne peux rien dire sans tout dévoiler mais j'ai apprécié que ce ne soit pas aussi simple qu'il n'y parait pour Clémence ; elle a mal, même si elle veut (se) le cacher et une rencontre inattendue va changer sa façon de voir les choses... Ce roman est une très bonne approche de ce sujet difficile.








26. Quelque chose que l'on aime - 18/170


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...