Onglets

Dernières chroniques

DERNIÈRES CHRONIQUES ROMANS

Dernières chroniques mangas / BD

DERNIÈRES CHRONIQUES MANGAS / BD

Dernières chroniques enfants

DERNIÈRES CHRONIQUES ENFANTS

3 mai 2017

Destiny - Tome 1.

Cecelia Ahern
Destiny (Tome 1)
Hachette - 2017
394 pages
18€



Depuis la crise économique, la société a érigé de nouvelles règles. Celles de la Perfection. Tout individu Imparfait est jugé et marqué au fer rouge. Un I qui les condamne pour toujours à l'exclusion. Celestine North est parfaite. Sage, belle et brillante. Elle a le petit ami dont rêvent toutes les filles : Art, le fils du juge Crevan, chef de la Guilde. Elle a prévu d'étudier les maths à l'université. Car c'est une fille de logique, de définitions, qui comprend les règles et les respecte. Mais Celestine commet une erreur. Elle vole au secours d'un Imparfait. Ce qui est interdit. Quelques heures plus tard, la Police est déjà devant sa porte. Une fois en prison, la voilà face à un dilemme : mentir pour éviter d'être marquée Imparfaite, ou rester fidèle à son élan de solidarité en avouant qu'elle a bel et bien aidé un Imparfait ? D'un côté, Celestine veut préserver sa famille et Art. De l'autre, elle a la conviction qu'elle n'a pas mal agi. Et surtout, il y a Carrick, ce mystérieux jeune homme, « Imparfait jusqu'à la moelle », gardé dans la cellule d'en face et dont elle veut gagner le respect. Qui Celestine North décidera-t-elle d'être le jour de son procès ? L'héroïne résistante dont rêvent les Imparfaits ? Ou le visage parfait de la société ?




Cette dystopie a exactement tout ce que j'aime ! Des personnages forts (enfin, surtout Celestine ici) se comportant en héros mais naturellement, sans que cela soit surjoué. Un thème qui peut paraître anodin au premier abord mais qui ne l'est pas tant que ça tant ça prend de grosses proportions dans cette histoire... Sans parler de la plume qui se dévore. Bref, une dystopie à découvrir !

Après la crise économique, de nouvelles règles doivent être suivies. Il suffit d'être Parfait. Les crimes sont toujours sous peine d'emprisonnement, mais lorsque la personnalité est déclarée Imparfaite, les personnes concernées se voient marquer au fer rouge d'un I. Sur la tempe s'il s'agit d'une mauvaise décision ; sur la langue s'il est question de mensonges ; sur la main droite s'il y a vol envers la société ; sur la poitrine si l'on est déloyal envers la Guilde, l'organisation qui gère les règles ; enfin, le pied droit si l'on s'est écarté du droit chemin. Ceci afin d'éviter que tout débordement soit fait.
Celestine, coincée entre logique et fidélité aux règles, se retrouve à aider un Imparfait en détresse, ce qui est interdit. Au tribunal, à son jugement, elle ne sait alors pas si elle doit mentir pour ne pas être Imparfaite ou bien dire la vérité, puisque selon elle, elle n'a pas mal agi, et prendre le risque d'être rejetée par la société. Tous, Imparfaits et Parfaits, ne veulent que son bien, mais tiennent des discours bien différents...

Ça faisait longtemps que je n'avais pas lu une dystopie aussi prenante et aussi poignante du début à la fin ! Et ce n'est pas qu'un tome d'introduction ; on sait pourquoi les personnages en sont arrivés à ce système très règlementaire, Celestine est évidemment au cœur du problème mais ça ne s'arrête pas là, l'intrigue est progressive et bien développée jusqu'à la potentielle rébellion. En toute bonne dystopie, c'est dans le deuxième tome que les choses vont vraiment changer et encore plus se développer, mais on a déjà bien de quoi se mettre sous la dent et c'est un réel plaisir !
Ce roman m'a beaucoup touchée parce qu'il y a certaines valeurs que j'ai qui y sont présentes. Dans cette dystopie, il faut clairement être irréprochable. Ne pas mentir, ne pas aller à l'encontre des règles érigées par la Guilde (même si on trouve ça illogique ou injuste) ; c'est la personnalité qui est en jeu, en plus des autres crimes punissables par la loi. Ça part d'un bon sentiment mais, comme on s'en doute, ça cache quelque chose de bien plus gros que ça... Aujourd'hui, on est dans une société où on se base beaucoup sur le physique, sur la personnalité, sur le comportement de chacun et, même si tout ici est poussé à l'extrême, j'ai trouvé qu'on n'était pas si loin de notre société. C'est ce qui est si percutant et prenant. On a aucun mal à s'imaginer qu'on puisse en venir à ce procédé un jour. Là où ça devient intéressant, c'est quand les personnes haut-placées commencent à montrer leurs failles...
Plus on avance dans l'histoire, plus les émotions sont fortes parce qu'il se passe des choses tellement injustes, tellement difficiles pour Celestine. On se rend compte de ce que ça fait de vivre de l'autre côté de la perfection et ce qu'elle doit endurer à certains moments tient aux tripes... On se rend également compte de la bêtise humaine, de jusqu'où les gens ont "besoin" d'aller pour se sentir meilleur. Ça fait réfléchir.

Mais ce qui m'a surtout plu dans cette dystopie, en plus du choix du thème et de la façon dont ça a été abordé, c'est Celestine. Je me suis sentie vite très proche d'elle, pour toutes les valeurs qu'elle défend, et cela sans même s'en rendre compte. C'est quelqu'un de droit, qui cherche la discrétion, à se fondre dans le moule pour ne pas s'attirer d'ennuis, mais qui ne supporte l'injustice. D'ailleurs, elle ne réfléchit pas longtemps avant de porter secours à l'Imparfait en détresse. Elle sait que c'est interdit, mais il était tellement mal... C'était logique de lui venir en aide ! Et même après, lorsqu'elle a le choix de mentir pour sauver son futur ou assumer ses actes pour que justice soit faite, elle s'en sort remarquablement bien (tout est relatif...). C'est une héroïne qui n'avait pas pour but de l'être, à aucun moment et c'est ce qui la rend encore meilleure et bien plus intéressante à suivre. Elle ne fait rien pour sortir du lot et pourtant c'est le cas.
Les autres personnages ne sont pas forcément autant développés qu'elle, c'est donc difficile de se faire un véritable avis sur eux mais on sent que certains ont un bon potentiel pour avoir plus d'importance dans l'histoire. Notamment son grand-père, Art son petit-ami et Carrick, le jeune homme mystérieux qui s'intéresse beaucoup à Celestine depuis son "arrestation" et qui nous donne clairement envie d'en savoir davantage sur lui quand on découvre ses actes... Juniper, la sœur de Celestine, pourrait être intéressante aussi par la suite, à voir. Elle y était beaucoup au départ, et malheureusement un peu moins par la suite... Ce qui était voulu mais du coup, en tant que personnage, elle m'a déçue à certains moments.

C'est donc un beau coup de cœur pour ce premier tome qui nous offre une excellente base sur les événements à venir. Il est très complet pour un tome d'introduction, avec des personnages forts ou en devenir. Avec des situations poignantes et révoltantes. Une bonne dystopie à découvrir !












Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...