Onglets

Dernières chroniques

DERNIÈRES CHRONIQUES ROMANS

Dernières chroniques mangas / BD

DERNIÈRES CHRONIQUES MANGAS / BD

Dernières chroniques enfants

DERNIÈRES CHRONIQUES ENFANTS

28 nov. 2013

C'est pour ton bien.

Alma Brami
C'est pour ton bien
Mercure de France (La Bleue) - 2012
195 pages
15€


La jeune mère voulait que Charlotte incarne l'inverse de tout ce qu'on avait pu lui marteler sans répit, dans son école en uniforme. Sa fille ne serait pas réduite à donner l'illusion d'être subtile sans l'être, à avoir les ongles peints et la peau veloutée, à rire en silence sans dévoiler ses dents parce que c'est plus raffiné. Charlotte serait une femme que l'on écoute pour autres choses que pour ses problèmes de cheveux et de dîner trop cuit, une femme respectée pour elle et non pour son mari brillant, une femme qui prend des décisions sans demander la permission à Dieu. Sa fille deviendrait ce qu'elle aurait aimé être elle, si son ventre ne l'avait pas surprise. Une Marie Curie sans Pierre.



Mon avis :

J'ai toujours aimé les livres qui parlent, de près ou de loin, de la famille, des relations parents/enfants, etc... J'ai beaucoup aimé ce livre, il est surprenant et relate bien des choses dont on n'ose pas parler, même encore aujourd'hui...

Lili est une jeune fille tout juste adulte lorsqu'elle croise le chemin de ce garçon... Ce garçon qu'elle ne reverra plus jamais mais qui lui a laissé une partie de lui... Les parents de Lili n'acceptent pas qu'elle soit enceinte, ils ne l'ont pas élevé comme ça. Elle aurait dû se marier avant et surtout, ne pas avoir d'enfants avec le premier venu... Alors il la laisse se débrouiller toute seule. Bien sûr, ils lui donnent assez d'argent pour vivre et subvenir au besoin de sa fille mais il ne faut surtout pas qu'elle montre cet exemple à sa petite sœur, Zaza. Petite soeur qui restera toujours petite dans sa tête, parce que ses parents veulent la garder le plus longtemps possible auprès d'eux et surtout, ils ne supporteraient pas qu'elle prenne le même chemin que Lili... Cette dernière va donc apprendre à élever son enfant seule, sans aide, sans conseils, puisque tout sujet est tabou dans cette famille... Elle va essayer de ne pas faire les mêmes erreurs que ses parents, envers sa fille, mais l'égoïsme de son propre bonheur peut bien l'aveugler et lui faire perdre toute envie qu'elle a eu au départ dans l'éducation de sa fille... Le dialogue peut être un problème entre mère et fille, ce roman n'en est qu'un exemple...

C'est un sujet qui me touche, je ne sais pas bien pourquoi, en tout cas il m'intéresse beaucoup. Dans ce roman, l'auteure soulève bien les problèmes du dialogue entre parents et enfants... Lili a beaucoup de mal à vivre sans sa fille, Charlotte, même lorsque cette dernière à l'âge d'avoir des copines, d'aller chez elles de temps en temps, d'aller à l'école sans elle... Elle veut tellement la garder près d'elle, tout le temps, pour son propre bonheur, qu'elle en oublie les sentiments de Charlotte. Elle devient une ado avec ses problèmes et ses interrogations d'ados mais Lili se voile la face, elle aimerait la voir petite pour toujours... Juste pour ne pas être seule. D'un autre côté, ç'aurait pu être différent si ses parents ne l'avaient pas mise à la porte, s'ils ne l'avaient pas laissé tomber au moment où elle avait le plus besoin d'eux, le plus besoin de sa mère... Il n'y a jamais eu de réels dialogues et Lili finit par tracer le même chemin que ses parents... À presque trente ans, elle a toujours la mentalité d'une ado et ne sait pas trop quoi faire pour combler le manque que lui impose l'absence de sa fille... Bien sûr, ses parents l'aiment, ça ne fait aucun doute (j'en doutais au début mais on se rend bien compte que si finalement), ils ne la laissent pas entièrement tomber mais ils pensent trop à ce que pourrait penser leur voisinage de cette situation... Et j'avoue avoir beaucoup de mal à comprendre ce raisonnement..
D'un certain côté, ce livre est dur à lire parce que c'est un sujet bien actuel même si on n'en entend pas forcément parler, ça arrive à beaucoup de famille et c'est bien dommage... L'auteure a bien su montrer l'importance du dialogue et de l'éducation que l'on a ou que l'on donne... Ce roman a des passages émouvants parce que certains sont incompréhensibles dans le sens où ils sont inhumains, mais aussi parce qu'on peut se mettre à la place de Lili et se rendre compte, finalement, qu'elle veut vraiment le bien de son enfant mais qu'elle ne peut pas faire autre chose que ce que ses parents ont fait... Elle n'a eu qu'eux pour modèle et puis, plus personne.

Lili est resté à l'âge de l'adolescence, même avec ce bébé, son bébé qu'on suit pendant ses onze premières années. Elle va se chercher pendant tout ce temps, se construire à travers sa fille qu'elle aime tant. Les rôles sont parfois inversés, Lili se repère par rapport à sa fille, elle en va jusqu'à recopier ses gestes, ses petites manies... C'est assez triste dans le fond, parce qu'elle n'a pas vraiment vécu son adolescence à cause de son éducation plutôt stricte et même si elle veut le meilleur pour sa fille, elle fait parfois des erreurs qui lui font faire l'opposer de ce qu'elle souhaite pour elle...

Cette histoire est bouleversante mais aussi révoltante. Certaines choses ne seraient pas ce qu'elles sont si les parents avaient été présents... Quoi que là, j'en doute, vu que Zaza vivait à peu près la même vie que Charlotte... Maternée au maximum et surtout, il fallait éviter les sujets qui parlent de garçons, de sexe, d'intimité... Pas avant le mariage... Il n'y a pas grand chose à savoir... Bref, je ne comprends pas que les parents ne laissent pas leurs enfants grandir et se développer à leur rythme... L'auteure a su choisir les bons mots pour expliquer tout cela. Les miens me manquent... Mais si vous aimez ce type de roman aussi, alors "C'est pour ton bien" ne vous décevra pas.


Bonus :
- Retrouvez l'avis de Yukarie !






Lili lui avait beaucoup manqué. Mots crus d'une grande sœur, qui a vécu la même chose juste avant, pour servir de guide. La mère parlait si doucement qu'elle créait de l'angoisse. Tout devenait secret. Comment poser des questions, si la parole est un péché.



1 commentaire:

Votre avis ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...